Versailles : le propre et le sale – Toute L'Histoire

Versailles : le propre et le sale - Toute L'Histoire



Le château de Versailles, tout de dorure et de majesté attire toujours des milliers de touristes allemands, anglais, français, japonais se pressent pour rentrer dans l'intimité des rois et sont encore plus friands qu'on leur conte l'envers crasseux du décor. Tous arrivent avec l'image d'un Versailles malodorant. Les courtisans se soulageant dans les recoins des escaliers, Un roi recevant sur sa chaise percée, où chacun déverse son pot de chambre du haut de ses fenêtres. Des préjugés? "ils n'avaient pas du tout les mêmes méthodes pour nettoyer les châteaux" "on dit que pour être propre il faut avoir une haleine propre donc sentir bon de la bouche mais pas sentir des pieds" "Le parfum arrive pour compenser ce manque de propreté". Mais alors qu'en est-il de cette mauvaise réputation? Les rois étaient-ils aussi sales que le château puant? "Ce qu'il faut dire, et ça c'est absolument fondamental, chaque époque a le sentiment qu'elle est propre" Où se nichent les fantasmes et la réalité entre le propre et le sale dans le château du roi Soleil? Une légende court: Louis XIV n'aurait pris qu'un seul bain au cours de sa longue vie Serait-ce un préjugé de plus qu'il faudrait dépassé ou Louis n'est-il vraiment pas un habitué des baignoires? "Il n'y a pas de salle de bain à l'époque de Louis XIV, de lieux spécifiques dédiés à la toilette, néanmoins il pouvait prendre des bains de rivière il y avait également la possibilité de prendre des bains de chambre et dans ces cas là, on roulait une baignoire de cuivre et finalement, le roi était baigné, mais de façon assez exceptionnelle il faut bien le dire Le roi s'était rendu dans sa jeunesse dans ce qu'on appellerai aujourd'hui des spa où se retrouvait la haute aristocratie masculine. On parlait de choses et d'autres et on parlait aussi surtout de femmes et de maitresses". Louis XIV a donc pris plus d'un bain dans sa vie. Reste que la propreté demeure une affaire de sensibilité. Et si le roi Soleil préfère les étangs pour se rafraichir il ne se trempe pas pour se laver. A l'époque classique d'ailleurs, le terme d'hygiène n'est pas usité. "même si pour nous, c''est un lieu de crasse, c'est un lieu de relative malodorance si on peut utiliser ce mot. C'est un lieu qui est évidemment très loin de notre propres repères, c'est un lieu de saleté si vous voulez ils sont pas vécus comme ça. Louis XIV est persuadé qu'il est d'une propreté remarquable". Mais surtout, l'eau n'est plus considérée comme un facteur de propreté, bien au contraire. On croit désormais que l'eau est porteuse de tous les maux, réels ou imaginaires on craint que les pores de la peau nue dilatées par les vapeurs chaudes ne soient davantage vulnérables aux miasmes et participe aux déluges d'épidémies. C'est évidemment la grande peur de la peste qui a accouché de cette peur irrationnelle de l'eau "l'eau n'est pas dangereuse, avant la situation de la peste mais la peste avec cette crainte provoquée par l'air rend l'eau dangereuse pourquoi? parce que l'eau chaude est sensée ouvrir les pores et à ce moment-là les étuves qui étaient très nombreuses au moyen-âge sont considérées comme un lieu relativement inquiétant Louis XIV a fréquenté les baigneurs au début de son règne puis progressivement il a moins fréquenté et progressivement il a intériorisé le fait que l'eau est dangereuse" on a souvent écrit que la crainte de l'épidémie instaura à Versailles le règne de la crasse Mais peut être plus que la peste, on redoute avec l'eau que les pores laissent sortir les humeurs du corps provoquant ainsi la perte des forces vitales, l’imbécillité et même des fausses couches et si l'on prescrit le bain c'est d'abord pour des raisons médicinales pour faire évacuer le mal Louis XIV est alors contraint de se plonger dans une baignoire, de la même manières les saignées, les purges participent de cette propreté intérieure du corps "Louis XIV a des saignées très fréquentes, tous les 15 jours par exemple, vous voyez. parce que la saignée est considérée comme épurant à l'intérieur du corps. La crainte, une des craintes parmi bien d'autres c'est le fait que les humeurs qui sont considérées comme la substance la plus importante de votre corps, susceptibles de se corrompre, de se mélanger. Que faut-il faire? bah il faut expulser, et on expulse par la transpiration, on expulse par la purge vous voyez Molière, on expulse aussi par la . Le fait d'expulser vous donne de la santé contrairement aux repères que l'on a aujourd'hui bien entendu et en même temps il rend propre l'intérieur de votre corps. il y a une insistance sur le fait d'avoir un teint fleuri, un teint frais en recourant à des petites médecines qui sont précisément le lavement pour que leurs humeurs soient les plus propres possibles et il y a des cas qui sont assez étonnants dans les romans, dans les nouvelles de lavements pris par des femmes avec le recours à des domestiques et puis vous avez des hommes qui soudoient la domestique pour donner eux-même le lavement sans que la femme soit concertéé donc il y a une présence ici de ce type de pratique qui me parait renvoyer à ce que nous disions, c'est à dire à la fois une sorte de jeu sur l'apparence mais aussi de jeu sur le propre." Mais alors, hors canicule et maladie point de bain? Sous Louis XIV il n'existe qu'une seule salle de bain ou plutôt un appartement des bains Aujourd'hui on conserve à l'orangerie un souvenir de cette incroyable pièce une baignoire octogonale taillée dans un unique bloc de marbre d'oranse C'est pour la marquise de Montespan, sa favorite, que le roi commande cette cuve qui doit ornementée un appartement au luxe inimaginable. "Cet appartement a été imaginé assez rapidement, au moment où Louis XIV décide d'agrandir le château de Versailles et au-delà du côté de se faire plaisir lui-même, c'est aussi pour impressionner sa maîtresse Louis XIV est fou amoureux de cette favorite et il veut toujours l'imprssioner Elle aime le luxe, elle est tapageuse, elle est altière, elle a beaucoup d'esprit le célèbre esprit Mortemart et donc rien n'est trop beau pour elle Louis XIV, lorsqu'il conçoit cet appartement entièrement de marbre de porphyre, de matériaux très précieux, il a dans l'idée de l'épater Cette cuve, non seulement est une oeuvre d'art en soi puisqu'il fallait pouvoir la tailler dans un seul et même bloc mais surtout ça représentait un prix excessif et exorbitant, c'est l'équivalent de 50 années d'un salaire annuel d'un ouvrier spécialisé ou alors même d'une très très belle maison à portes cochères à Paris." Mais là encore il n'est ps question de prendre un bain pour s'y laver Cette cuve avait bien des raisons d'être large, le roi et sa favorite s'y glissant aisément à 2 relaxation, douceur et érotisme, mais pas de nettoiement Quand la Montespan est disgraciée, elle doit quitter le premier étage pour descendre au rez de chaussée et habitée l'appartement des bains, ancien lieu de ses amours La chute au rez de chaussée signifiant bien-sûr la chute dans le coeur du roi A Versailles, les courtisans, pas plus que le roi ne sont adeptes des baignoires et peut être encore moins, leurs appartements étant trop petits pour en disposer Mais si on ne se lave pas dans un bain,comment s'effectue alors la toilette? "l'expression qui est utilisé en particulier à la cour de Louis XIV, c'est celle de toilette sèche, qui veut tout dire, c'est à dire a la fois qu'il y a de la toilette et en même temps, il n'y a pas de recours à l'eau. qu'est ce que c'est cette toilette sèche? c'est le fait de s'essuyer c'est un essuiement à travers un linge évidemment blanc mais cela peut être aussi un essuiement avec un linge qui est imbibé d'une certaine acidité. On considère que cette acidité elle est censée débarrasser de façon plus efficace la transpiration ou la crasse, mais il s'agit bien, et je crois qu'il faut insister sinon on comprends pas quelle est la sensibilité de l'époque il s'agit bien d'une toilette sèche." Pour Louis XIV la toilette est non seulement sèche mais également publique Mathieu Da Vinha, directeur du centre de recherche du château reprend le chemin des courtisans, qui comme chaque matin se pressaient pour assister au lever du roi et à sa toilette. "alors nous sommes ici dans la chambre du roi qui est la chambre de parade et même pour Louis XIV la chambre dans laquelle il dormait véritablement, donc on est dans un décor extrêmement riche , c'est ici qu'il dort tous les soirs, oùil se lève en public le matin à 8h30, et il faut imaginer un lit de veille sur lequel a dormi le premier valet de chambre du roi de quartier et qui ouvrait les rideaux en disant "sir, voilà l'heure" Du temps où elle a vécu, la nourrice est la première à venir dans la chambre du roi pour venir l'embrasser, et elle est morte en 1688, donc il faut imaginer une petite dame qui a été la nourrice de Louis XIV. Lorsque Louis XIV a 50 ans, elle vient l'embrasser la première elle s'éclipse très rapidement, elle ne fait pas partie du lever, et les premiers personnages à entrer véritablement dans la chambre du roi sont les gens que l'on appelait les personnes de la faculté c'est à dire son premier médecin qui prenait son pouls et également son chirurgien qui vérifiait les selles du roi pour voir si tout allait bien. Ces gens de la faculté s'eclipsaient et se mettait en branle la mécanique de cour où vont rentrer progressivement tous les courtisans suivant leur rang. Louis XIV est installé, on lui passe sa chemise et son premier valet de chambre lui apporte de l'eau pour se laver les mains, c'est ce qu'on appelait l'eau à l'esprit de vin c'est à dire ce qu'on pourrait appeler de l'alcool à 90 et le valet de chambre tient une aiguière c'est à dire une sorte de carafe en vermeil de la main droite, lui verse de l'eau sur ses mains et tient de sa main gauche le plateau pour que l'eau ne coule pas, on lui présente une serviette pour s'essuyer les mains et le roi est installé pour être rasé donc vraiment brin de toilette assez sommaire et on lui rince le visage avec une éponge d'eau à l'esprit de vin et donc d'eau pur pour terminer la toilette donc c'est véritablement un spectacle que de voir le roi se lever et de pouvoir toucher cette intimité royale". Au-delà du roi c'est toute la noblesse qui pratique cette toilette sèche Anne Forray-Carlier, conservateur au musée des arts décoratif de Paris lève pour nous le voile de cette intimité. " Le peintre a choisi de présenter une femme à son lever et à l'une de ses premières activités du matin c'est à dire sa toilette, ce qui nous permet de rentrer dans l'intimité de cette femme et de découvrir plus précisement ce que représente la toilette du matin. Elle est au sortir de son lit, elle s'est levée tôt en effet les femmes de l'aristocratie au 18 ème siècle se levaient tôt et elle a revêtu ce négligé qui est cette robe de satin légère Certaines de ces toiles nous montrent aussi autour de la femme à sa toilette diverses personnes son abbé qui vient la confesser à son lever c'est la marchande de mode qui va venir lui proposer les derniers colifichets on va trouver aussi son secrétaire éventuellement qui peut venir prendre note des premiers petits billets qu'elle va rédiger et lui demander de les porter au destinataire." A la cour circulent des petits ouvrages, si petits qu'ils peuvent être aisément glissés dans la poche Appelés traité de bienséance et de civilité, ils dictent les règles de savoir-vivre au nouveaux arrivants Tous insistent sur la propreté mais à Versailles et peut être encore plus qu'ailleurs, être propre se résume au paraître la distinction suprême passe d'abord par le linge, il faut qu'il soit blanc, immaculé Certes on ne se lave pas mais on change de chemises jusqu'à plusieurs fois par jour "il y a un triomphe du linge, on voit que progressivement vous avez une sorte de cascade du linge sur le corps et ça descend, au niveau des jambes vous avez le canon qui remontent avec parfois de la dentelle Au niveau des manches vous avez aussi le linge qui sort et il se voit et qu'est ce que c'est qui se voit? on l'oublie mais c'est fondamental , c'est le signe de l'intérieur le linge qui émerge de l'habit, c'est celui qui vient du dedans, donc il y a un jeu entre le dedans et le dehors qui est absolument fondamental" Et ce qui va provoquer un changement de linge, c'est la sensation de sueur moins dangereux que l'eau, le renouvellement de chemise efface pense-t-on la crasse "la propreté renvoie à quelque chose qui est évidemment de l'ordre de l'apparence indiscutablement, mais qui est aussi de l'ordre de la sensation et du sentiment et donc le linge y joue de ce point de vue un double rôle, c'est pas seulement le sentiment le linge c'est aussi le fait de montrer. on voit bien que la propreté c'est quelque chose qui se montre et en même temps c'est quelque chose qui se sent dans la mesure où le changement est lié à la sensibilité. Et un des premiers à dire ça de façon magnifique c'est Montaigne Montaigne dit "je ne supporte pas ma sueur" où ça veut dire qu'il change de linge ou vous avez d'autres exemples qui sont très nombreux. Je pense par exemple à la princesse Palatine qui arrive de Marly et qui va vers un autre château et qui dit "j'ai traversé des terrains qui étaient débordant de poussières, j'arrive je suis complètement fatiguée, j'ai de la poussière partout". Que fait la princesse Palatine? elle ne dit pas qu'elle va se laver, elle dit au contraire qu'elle s'essuie et qu'elle change de chemise et ça veut pas forcément dire qu'il faut que je me lave" Outil de la mode, outil de la propreté, le linge est tout l'aristocrat qui porte du blanc s'imagine sûrement qu'il est plus propre que le paysan qui porte du chanvre ce combat pour le blanc se mesure alors au nombre de chemise que l'on possède dans sa garde robe Imaginez les chemises du roi empilées dans des coffres de la chambre remisées comme autant de trésors. 'le linge représente un objet de luxe ou vraiment des produits de luxe à l'époque, c'est quelque chose d'excessivement cher il y avait la garde robe du roi qui était au rez de chaussée, ses appartements principaux étaient au premier étage ces coffres de la chambre ce sont des coffres de secours, c'est à dire qu'on n'a pas à courir à la garde robe au rez de chaussée, on a immédiatement une chemise pour changer le roi et ce sont des choses qui coûtent excessivement cher parce que c'est du coton, du lin, des étoffes précieuses et ça coûte pratiquement plus cher qu'un meuble, un tableau qui ne vaut rien à l'époque un tableau d'un peintre qu'aujourd'hui nous payerons plusieurs dizaines voire des centaines de milliers d'euros A l'époque c'est estimé vingt livres, quarante livres alors que des chemises des nappes, du linge de maison coûte très très cher Dans les gardes robes des courtisans les chemises se comptent par douzaine et sont si précieuses pour les propriétaires qu'elles sont mentionnées dans les inventaires après décès Denis Brunat, conservateur au musée des arts décoratifs de Paris, nous reçoit dans les réserves où se cachent des pièces rares et exceptionnelles les robes de cour ne se lavent pas, on les frotte, on les brosse et avec le plus d'égard possible les chemises, en revanche, passent par les mains des blanchisseuses et des lavandières et sont lavées comme tout le menu linge et le gros linge "la chemise est essentielle parce que c'est depuis des siècles et quasiment jusqu'au milieu du 19ème siècle c'est le seul sous vêtement que l'on porte tant pour les hommes que pour les femmes. Faut bien avoir à l'idée que lorsqu'on revêt sa chemise, ici c'est une chemise d'homme l'homme est totalement nu dessous c'est à dire il n'a absolument rien donc la chemise va faire un office de sous vêtement à la fois pour le haut et pour le bas la chemise est très proche du corps elle est presque inséparable, on dit même que la chemise est une seconde peau et c'est d'ailleurs de là que vient l'expression "être comme cul et chemise" dans le sens où précisément la chemise épousait le corps elle épousait même aussi les fesses. C'était vraiment, je dirais, entre le corps et la chemise deux éléments inséparables. c'est une culotte qui a un aspect un peu particulier mais qui était assez courant à l'époque c'est ce qu'on appelle une culotte à ponts c'est à dire que le pont c'est cette pièce qui se trouve sur le devant qui se boutonne ici, à ce niveau là, avec plusieurs types de boutons que l'on voit là,et cette pièce en la déboutonnant elle tombe voilà, donc on fait tomber le pont et on redéboutonnait à ce niveau là et on pouvait faire tout ce qu'on avait envie en baissant le pont. On le mettait parce que c'était un tissu qui était beau, brillant, il faut aussi imaginer que l'on portait ces vêtements les soirs éclairés avec la lumière des bougies " Etre propre au château se résume donc à prendre soin des parties du corps qui sont soumises au regard les parties intimes, elles, ne font pas nécessairement l'objet de soins, en tout cas pas au grand siècle Comment alors dissimuler la mauvaise odeur qui émane de ces corps dans ce château où l'on rivalise d'élégance? les traités de civilités indiquent aux courtisans la bonne manière de se moucher, donnent des recettes pour s'armer contre une haleine fétide ou des pieds mal odorants les odeurs corporelles ne peuvent être néanmoins totalement dissimulées les apothicaires sont chargés de faire des sachets de senteur pour les habits, le linge et les perruques on place des petits baluchons parfumés sous les aisselles ou sur les hanches glissés dans le pli des robes ou des revers des pourpoints. Le parfum devient alors le roi des artifices. "l'un des usages du parfum est de masquer surtout les odeurs et le parfum arrive justement pour compenser ce manque de propreté donc on a des odeurs pour le grand siècle qui sont des odeurs très entêtantes, très puissantes notamment des odeurs animales c'est à dire, par exemple, la civette, le musc et l'ambre qui sont les trois les plus utilisées à l'époque Au cours de sa jeunesse , Louis XIV a bien évidemment abusé de ces parfums c'étaient vraiment ces parfums entêtants, voluptueux du grand siècle et finalement il ne va plus les supporter, dès qu'il entre dans une pièce il ouvre toutes les fenêtres, voyager avec lui dans son carrosse il baisse toutes les glaces du carrosse parce qu'il ne supporte plus les odeurs, par exemple, des femmes qui l'accompagnent." Louis XIV aimant par dessus tout l'odeur très suave des fleurs d'orangers, se fait construire un palais antique pour protéger des frimas de l'hiver ses précieux orangers venus de Chine car en plus son parfum, la fleur d'oranger dit-on, a toutes les vertus notamment aphrodisiaques. De la galerie des glaces aux appartements, des valets aspergent ici ou là le château de la délicate fragrance. Seule, peut-être, Madame de Montespan semble ne plus se soucier des goûts de son royal amant et continue de se parfumer à outrance. "Madame de Montespan était très adepte de ces parfums, de ces crèmes. Elle se faisait frictionner nue dans son lit avec tous ces parfums qui étaient excessivement forts et c'est vrai que Louis XIV, qui les aimait beaucoup au départ, a eu tendance à la fin du règne de Madame de Montespan à ne plus les supporter puisqu'ils étaient tellement pregnants et surtout Louis XIV les liaient au migraines qu'il avait depuis de nombreuses années. Donc il a demandé à Madame de Montespan, et ce de façon publique où elle s'est prise une gifle morale devant tout le monde, lorsqu'elle devait monter dans le carrosse de la reine, le roi lui en a fait la remarque qu'elle se parfumait beaucoup trop. A la fin des années 1670 et au début des années 1680, Madame de Montespan a été suspectée de lui avoir fabriqué des philtres pour qu'il demeure amoureux d'elle ou encore d'avoir voulu assassiner sa maîtresse du moment, Mademoiselle de Fontanges. C'est une histoire qui ébranle toute la cour puisqu'on met à jour plusieurs sorcières, comme on les appelait à l'époque, des devineresses, qui faisaient des messes noires sur des enfants etc. et on peut imaginer que l'idée de ces parfums forts qu'elle avait sur elle devenaient suspects aux yeux de Louis XIV." parfums entêtants, dissimulateurs, charmeurs mais aussi désinfectants. En temps de peste ou d'épidémie, le parfum est utilisé comme agent purificateur. "Vous avez un rôle, au moment de la peste, donné aux parfumeurs qui est quand même curieux. A un point tel que des villes qui sont victimes de la peste vont recourir à des parfumeurs, en les payant parfois fort cher en situant le parfumeur à des entrées, à des passages qui sont plus fréquentés que d'autres. Et ceux qui passent à ce moment-la, sont livrés au parfumeur qui va passer sur eux des produits, les transformer en quelque sorte et ça c'est complètement oublié. Vous avez un deuxième type de pratique qui est complètement oublié, c'est la pratique selon laquelle si on installe dans des hôpitaux, des cassolettes de parfums, on va pas seulement chasser le mauvais air on va créer un air pur qui va favoriser d'une certaine sorte le quotidien du malade c'est complètement oublié aujourd'hui. Donc ces deux pratiques, elles nous entraînent à mieux comprendre la manière dont au 17ème siècle le fait de recourir à du parfum c'est avoir le sentiment que l'on recourt à la disparition du sale. Le parfum, c'est aussi, voyez, une pratique de faire émerger quelque chose qui est de l'ordre de la monstration du propre car le fait de faire apparaître à l'autre qu'on existe avec au fond une incarnation de la propreté." Le parfum devient signe d'un statut social, à tel point qu'on établit des distinctions: un parfum royal, un parfum bourgeois et un parfum des pauvres. Au château, le parfum participe évidemment du luxe, pour ses somptueuses fêtes Louis XIV embaume ainsi ses fontaines d'essences de fleurs d'orangers, de jasmins mais c'est sous Louis XV que la cour de Versailles est appelée la cour parfumée car pour être à la pointe de la mode il faut changer de senteur chaque jour. Le célèbre parfum aux milles fleurs sera créé, lui, pour Marie-Antoinette, un chef-d'oeuvre olfactif composé avec les fleurs de toutes les saisons. L'autre illusion de la propreté c'est le maquillage, se farder c'est tromper, maquiller les cartes, camoufler les faces vérolées. on grime alors son visage, on triche sur ses sentiments le courtisan doit tout maîtriser, aussi bien ses expressions naturelles que ses émotions. " Au grand siècle, on a cette nouvelle hiérarchie des sens, et la vue prévaut sur tout sur l'odorat, sur le toucher, sur l’ouïe et donc ce qui compte ce sont les apparences, ce que l'on voit et non pas la vérité et le cosmétique et le fard participent évidemment de cet art de la dissimulation. On a ces visages presque caricaturaux, blancs et rouges. Il y a un côté un peu théatronaux, ce maquillage, ce fard accentue toutes les expressions et le XVII c'est évidemment ce siècle de théâtre et ce siècle aussi de l'étude de l'expression. C'est l'époque où on raille aussi cette noblesse avec ce maquillage affirmant cette image de double sens, de l'hypocrisie, du dissimulé. D'ailleurs l'expression "sans fard" aujourd'hui est synonyme aussi de vérité." Cette exigence de blancheur tyrannise le teint Car comme pour linge, le visage doit paraître immaculé. Le blanc évoque alors un idéal de virginité une humanité sans tache, celle d'avant la chute. Avoir un visage pur c'est avoir une âme exempte de toute souillure, de toute cicatrice. Le blanc est bien sûr le symbole d'une classe oisive, cet aristocrate à l'abri du soleil des intempéries, à l'inverse de ces visages brunis du peuple. Cette course au blanc conduit à toutes sortes de recours même aux plus toxiques. "L'agent de blanchiment le plus usité à l'époque c'est le fameux blanc de Céruse C'est un cosmétique connu depuis l'antiquité, les romains et les grecs avaient des fards aussi à base de céruse Elle cause de très nombreux dommages à la peau, elle est très astringente donc elle irrite beaucoup la peau, elle est aussi désicative donc elle dessèche énormément la peau, donc appliquée toute la journée elle va contribuer au vieillissement prématuré de la peau, aux rides d'expression qui apparaissent beaucoup plus rapidement, cela est relevé dès l'époque et puis la céruse c'est du carbonate de plomb, c'est une poudre métallique donc elle peut causer des dommages beaucoup plus importants par exemple la vue, on a des maladies d'yeux très importantes. Lorsqu'on s'applique la céruse sur la gorge et bien on a des maladies qui touchent la poitrine ou même les poumons." Et puisque la céruse peut altérer définitivement la peau, on trouve d'autres stratagèmes. Les mouches, qui doivent apporter la touche finale au maquillage, tentent aussi de dissimuler les ravages de ce produit fatal. On peut ainsi apercevoir sur les visages plus de 18 mouches à la fois, autant que de crevasses cachées. Mais avant d'être un artifice, la mouche est d'abord un code galant et pour la femme le mode de vie peut être éreintant. 3 heures pour s'habiller et se farder le matin, puis encore changement de linge après le déjeuner. Théâtre, souper, nuit d'amour, une exigence d'éclat et de splendeur qui ne résiste parfois pas aux excès. Alors pour être toujours propre et soignée, la femme assure sa table de toilette du nécessaire pour se refaire une beauté: boîte à onguent, boîte à mouches, pommades, parfums. Elle emporte même dans les plis de sa robe des petits nécessaires tous plus délicats et ornementés les uns que les autres. Anne Forray Carlier a sorti pour nous des collections du musée des arts décoratifs, des objets usités à la cour. "La toilette ne s'effectuait pas que le matin et effectivement dans la journée on pouvait être appelé à se refaire une beauté, donc pour cela la femme ou l'homme dispose de petits nécessaires miniatures qu'il pouvait emporter avec eux. Alors on en a un très élégant exemple ici donc sous forme de petite boîte dans laquelle on va trouver tout ce qui est nécssaire pour se redonner un tout petit peu d'éclat. Celui-ci contient deux petits flacons, l'un sans doute pour l'eau de senteur et l'autre pour les sels, parce que les sels sont très importants aussi, car lorsqu'on se sentait mal immédiatement on portait à ses narines un flacon de sels de façon à pouvoir reprendre ses esprits. A ne pas oublier que les femmes en raison de leur corset qui les maintenait très fortement étaient sujettes à des évanouissements. Vous avez différents petits ustensils comme de toutes petites pinces destinées, peut être à retirer un poil disgracieux. Ces objets correspondent tout à fait aux présents qu'un amant peut faire à sa belle et d'ailleurs ils portent généralement des inscriptions. C'est le cas ici de ceux ci, pour ce petit nécessaire flaconnier, on peut lire "rien n'est trop bon pour ceux qu'on aime". Ici une autre petite maxime "gage de mon amour". Parmi ces petits objets que l'on prend avec soi, d'autres plus ludiques comme par exemple, cette petite jambe en porcelaine sur laquelle vous découvrez une petie mouche une vraie, l'insecte qui est disposée au genou et cette petite jambe et bien elle s'ouvre, et à l'intérieur on pouvait y dissimuler soit un petit billet doux, soit peut être que là on pouvait mettre de la poudre. Toujours dans le domaine des eaux de senteurs, un petit flacon parlant puisque vous voyez, c'est un très élégant petit bouquet de fleurs de porcelaine et celui-ci s'ouvre à sa partie supérieure et permettait de se remettre quelques gouttes d'eau de senteur." Une autre couleur marque l'apogée de cette illusion, c'est le rouge. Il est sensée réhausser la blancheur du teint et tromper les marques du temps. Une écrivaine anglaise, Lady Montagu, parlait de Versailles comme d'une assemblée de moutons nouvellement écorchée. Imaginez en effet des pommettes aux couleurs de feu, une figure plâtrée dont les veines sont soulignées de bleu et les cheveux comme de la laine blanche. Car ce despotisme du blanc on le retrouve partout. Pas une chevelure ne serait être parée sans être poudrée. Et en plus d'être une norme esthétique, la poudre permet le dégraissage des cheveux. "On ne lave pas les cheveux, mais on les poudre. et c'est en quelque sorte du shampoing sec, et ce shampoing sec, il ne devait pas être évidemment bénéfique pour la chevelure." "

Related Posts

49 thoughts on “Versailles : le propre et le sale – Toute L'Histoire

  1. la raie publique de ces pédés francs maçons pédophiles pédo-satanistes pédo-criminel enjuivée jusqu’au trou du cul fait sa propagande

  2. Elles avaient bien du mérite les femmes de la cour de faire des gâteries aux hommes, fallait vraiment avoir beaucoup d'ambitions, plus encore que Rachida Dati !!!lol

    Je comprends mieux avec du recul, pourquoi la France est championne du monde de la vente de parfum et de cosmétique, faut dire que plusieurs siècles de crasse au plus haut sommet de l'état ont forgé des générations d'apprentis sorciers dans le domaine de la parfumerie et du replâtrage de façade, ah l'Oréal, parce que nous le valons bien !lol

    Finalement, les gens les moins sales étaient peut-être ceux qui vivaient à la campagne, ils pouvaient chier partout sans emmerder les voisins, et en plus cela faisait un très bon engrais, de plus, ils pouvaient se laver dans les nombreux lacs, rivières et étang!

    Dans les villes, l'insalubrité et le manque d'hygiène à tous les niveaux devaient être l'horreur absolue, pas étonnant qu'il y ai eu autant d'épidémies et autant de morts!!!

  3. A part le fait qu'on se lave tout les jours avec de l'eau, je trouve que rien a vraiment changer, on ce maquille a outrance pour cacher les imperfections, on ce parfumes et on mets du déo pour cacher l'odeur de la transpiration, on cache nos vrai émotions en société et nous sommes toujours dans une monarchie cacher….
    Les riches sont toujours de plus en plus riche ..
    Et les pauvres toujours de plus en plus pauvres ..
    Bientôt en 2020 et rien n'a vraiment changer…
    Triste……

  4. J imagine même pas les femmes et leurs menstruations à cette époque. . Ça devait être beau ! ..😲😲😲

  5. Tout simplement ces personnes qui mène une vie de saleté se ne sont pas eu qui on bâti ce château fantastique et merveilleux c'est une civilisation moderne qui étaient avant eux .

  6. Il reste à savoir comment vivait le peuple de France à l'époque de votre Louis XIV que vous glorifiez tant… S'il était encore là aujourd'hui je ne sais pas si vous lui lècheriez le cul comme vous le faites…

  7. allez faire les mêmes enquêtes sur d'autres pays au sud très au sud à la même époque , vous seriez surpris , la majorité vivaient dans les cavernes où grottes , vous faites un reportage faite le sérieusement .

  8. Triste est de constater que strictement rien n'a changé depuis; Paris toujours aux mains des rats, odeur de pisse partout dans les rues, dans les transports en commun, merde de chien étalée partout et haleines de chacal fermenté. Cette réputation ne vous quittera jamais !

  9. sacré feignasses qui ne pensait qu a se ponponner et manger et forniquer, le roi soleil de la decadence

  10. Il y a pres de 1500 ans le prophete de l'Islam recommandait de se laver 5 fois par jour se doucher apres les rapports intimes se laver les parties apres le passage au toilette. Se parfumer se brosser les dents avec du siwak ( ancetre brosse a dent) regulierement dans la journee et a dit " la propreté est la moitié de la foi "

  11. Quelle Horreur ! Quelle Époque Épouvantable ! Du Luxe sur de La Crasse ! A savoir que l"être Humain Pue au bout de 4 Jours ! imaginé Louis XIV Et Henri IV qui ne se sont pratiquement jamais Lavé !

  12. Blague mise a part, la description detaillee de la négligence d’hygiène des”parties non visibles” pour hommes femmes de l’epoque, etait suffisante pour foutre la nausee…..Serieux c plus que repugnant! Entre l’odeur des chevaux et des personnes en cette époque, ca devait être insoutenable…..

  13. L'eau chaude est très bénéfique pour le corps. Les pores s'ouvrent et la saleté est facilement éliminée au gommage à la pierre ponce.
    Cependant il ne faut jamais aller au hamam ou prendre un bain chaud après un repas copieux car ça engendre la lèpre c'est écrit dans le livre d'Ibn al Qayim al Jawzi Qu'Allah l'aggré.

  14. C est bien beau le relativisme mais il me semble que les critères de propreté sont nettement mieux aujourd'hui. Qui voudrait vivre comme ça après avoir connu notre epoque. Même les plus pauvres aujourd'hui ne voudrait pas vivre comme ils ont vecus. Il est difficile d être nostalgique quand on connaît ce genre de détails quotidien.

  15. Dsl mais les pauvres quand même….Cela est dégoûtant on ne peut pas le nier !!! Fesses pleines d'urine et de selles séchées, visages atrophiés et chevelures infestées, urines sur les murs, selles dans les recoins etc etc…bref….Et j'oubliais les après- menstrues, sans nettoyage à l'eau et savon….quand même…Bonjour les odeurs pendant les relations intimes et autres….heureusement leurs parfums avaient peut être anéantis leur système olfactif….

  16. Est ce de cette époque que vient la réputation qu'ont les Français en Amérique latine d'être sales ? C'est un qualificatif récurrent dans les sites de ces pays,
    pourtant éloignés, quand ils parlent des Français. Ce documentaire traduit est visible par eux et confirme sans doute leur jugement.
    Je suis français et je ne crois pas du tout les français plus sales que les autres. Je crois cependant qu'ils sont en général individualistes et manquent de sens civique ;
    je veux dire par là qu'ils manquent du sens de l'intérêt collectif. Mais c'est aussi un manque d'éducation dans ce sens, à l'école aussi, car on ne nous inculque pas assez cette idée que l'intérêt de la collectivité est aussi celui de l'individu.

  17. Et si …..Une 3 ème guerre mondiale. Un cataclysme nucléaire,.Aurait on encore un accès à……..
    TAXE exorbitante sur l’eau ,promulguée par les Dirigeants de notre société ……..ils en seraient
    bien capables, vu l’incompétence de leurs agissements actuels…. Et le manque de décisions
    Concernant la démographie….l’allongement irresponsable de la vie…..Grabataires, incontinents,
    polyhandicapés ……..🤔….TRANSPIREZ RÉFLÉCHISSEZ SOUS VOS GILETS…JAUNES ?????
    PISSE???????????

  18. autre preuve du caractère démago de ce documentaire : à 0,40 une historienne explique qu'à la mort de Louis XIV le chateau de Versailles est déserté et en ville les habitants font n'importe quoi, branchent leurs fosses d'aisance sur le canal et donc épidémie… c'est encore une fois reconnaître que sous Louis XIV le problème était géré et que Versailles était en avance sur son temps en terme d'hygiène… c'est ce ue devrait dire le reportage, et ensuite examiner pourquoi cette réputation de malpropreté alors que de grands efforts étaient faits justement… mais ça serait moins voyeuriste et ça ferait moins d'audimat…

  19. en fait c'est pénible parce que ce documentaire fait exprès d'entretenir le mythe, alors qu'il fournit des éléments qui montrent qu'on ne déféquait pas dans les rideaux justement… A un moment un historien dit que les visiteurs le faisaient mais sans aucune preuve, aucun témoignage… en revanche il est dit qu'il n'y avait pas de papier toilette (évidemment, quelle idiotie, le papier était extrêmement précieux à l'époque) mais des tissus exprès et des chaises, des pots, comme jusqu'au milieu du XXème siècle et encore aujourd’hui dans les hopitaux par exemple… donc finalement ce serait plutôt en avance sur l'hygiène pour l'époque si on analyse les éléments contenus dans le reportage… mais le discours global du truc est voyeuriste, les dessins avec des odeurs qui puent pour attirer le gogo…

  20. j'ai pas eu le courage de regarder en entier, parce que j'ai eu l'impression que ça n'explique rien. La question est à quelle époque est comment à partir de quel point de vue et de quels documents se construit cette réputation de malpropreté… qui elle est bien réelle (la réputation) … C'est de là qu'il faudrait partir pour analyser le problème…

  21. Les français étai malpropre ok avec leurs noblesse vaniteux …il se demande pourquoi la peste en France PLUS tard..TOUT les romains se lavais riche comme pauvre ok…

  22. Une donnée que j'aurais apprécié connaître. Qu'elle était l'espérance de vie au 17ème ? On vit beaucoup plus vieux à présent et on entend souvent dire que l'hygiène y est pour quelque chose mais à quel point ? La médecine est certainement l'aspect de la vie d'aujourd'hui qui nous amène à un stade de ''déglingage'' avancé. Je crois que de nos jours, nous pourrions joyeusement puer durant quasiment un siècle ! 😉

  23. Il en allait des vêtements comme de l'alimentation … On usait de parfums ou d'épices pour masquer la puanteur de la pourriture 🙂

  24. Une vidéo magnifique , intéressante et instructive . Certains commentaires ne sont vraiment pas à la hauteur , malheureusement . De toute évidence il ne faut pas les lire . Merci beaucoup !😊

  25. Juste une question : pourquoi à 12min15 on peut apercevoir sur la gauche un tableau d'Elisabeth Vigée Le Brun? Tableau représentant Marie Antoinette par ailleurs. Alors que le sujet est plus axé sur la propreté à Versailles au temps de Louis XIV et non Louis XVI (ce tableau date de 1783 soit presque 70 ans après la mort de Louis XIV survenue en 1715).
    Pourquoi ne pas avoir choisi un tableau réalisé durant la période du règne de Louis XIV plutôt que celui-ci?

  26. J'ai juste passé tout le duco à penser à la transpiration et au sébum de leur peau qui devaient se coller à chaque vêtement qu'iels enfilaient. Arggggggg

  27. l’aristo crasseuse dans toute sa puanteur.le roi Soleil,on le sentait toujours avant de le voir.certains prétendaient mème qu'on se grattait à son approche.imaginez que le sultan du Maroc à l'époque avait demandé la main de la fille du roi "bouillon de culture". Dieu merci le grand Louis lui refusa.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *